AMICALE DES ANCIENS
DE LA MISSION MILITAIRE FRANÇAISE DE LIAISON
PRÈS DU HAUT COMMANDEMENT SOVIÉTIQUE EN ALLEMAGNE
 

Index Historique | Les Moyens | Témoignages & Documents | Liens & Contacts | Se Connecter


La Mission

Avec la montée des tensions entre le monde soviétique et les pays du monde libre (blocus de Berlin en 1948 et création de la R.D.A. en 1949), les missions de présence et de circulation s'orientèrent rapidement vers la recherche des indices d'alerte et les préparatifs du G.F.S.A. et de la N.V.A. dans la perspective d'une confrontation majeure de l'Est contre l'Ouest.

Une nouvelle page opérationnelle étroitement liée à la guerre froide s'ouvrait pour les Missions alliées et notamment françaises.

Ces missions reposaient sur une poignée d'hommes et de femmes (pesonnel uniquement masculin pour les mission opérationnelles) composée d'officiers et de sous-officiers des Armées de l'Air et de Terre, et commandés généralement par un officier supérieur de l'Armée de l'Air, Colonel ou Général.


Il existait donc trois types de missions :

  • Une mission permanente d'alerte autour de la région de Berlin Ouest, dans une zone de 60 km de rayon, dénommée le "Local" où étaient concentrées pas moins de deux Divisions Blindées, une Division de Fusillers Motorisés, une Brigade d'Artillerie soviétique et une Division Motorisée Est-Allemande, sans compter de nombreuses unitées diverses (nucléaire, de transmissions, spécifiques du K.G.B., etc.)
  • Ces missions étaient essentiellement assurées pour la M.M.F.L. par des sous-officiers confirmés de la section Terre au nombre de dix en moyenne.




    T64bB de la 35e DFMG sur la piste tactique de SATZKORN menant à la gare d'embarquement.

  • Des missions couvrant l'ensemble du territoire de la R.D.A. hors zone interdite (ZIT ou ZIP) dont l'objectif était de compléter les connaissances générales sur les capacités techniques et tactiques des forces présentes, ainsi que d'établir les dossiers d'objectifs et l'évolution des structures dans l'ensemble des domaines aériens et terrestres.
  • Ces missions étaient conduites sous l'autorité d'un officier et étaient composées d'un équipage à trois, dont deux sous-officiers se relayant dans le métier d'observer et de ramener les documents essentiels à l'analyse. Les équipages de la section Air étaient plus particulièrement spécialisés dans le domaine aérien et électronique.




    Un Hind D en approche croisant une route près de BLUMENHOLZ.


  • Une mission de reconnaissance aérienne assurée essentiellement dans la BCZ de Berlin Tegel (zone d'approche de l'aéroport du même nom) mais couvrant un nombre impressionnant d'objectifs sensiblement les mêmes que ceux observés au sol dans la mission du "Local".



  • SA-13. Lance Missile Sol-Air


    Le statut des missions leur donnait de facto les privilèges diplomatiques : liberté de circulation, exterritorialité du siège de la mission et immunité des personnels et de leur famille, inviolabilité des voitures officielles.


    Poursuivez votre visite du site avec
    Les Moyens de la M.M.F.L.



    Index Historique | Les Moyens | Témoignages & Documents | Liens & Contacts | Se Connecter